Le Poma 2000 de Laon (Page 1/2).


Bref historique.

Laon possede la même particularité que Langres, une ville basse et une ville haute...
Ces deux villes ont été toutes deux dotées d'un petit train à crémaillère.
Hélas, le temps a fait son oeuvre, ces anciennes installations ne fonctionnent plus depuis belle lurette.
A Langres, un bus remplace l'ancienne crémaillère, dont l'un des véhicules se trouve toujours sur les remparts de la ville haute, devant la pente qu'elle ne parcours plus.


Une des 3 anciennes motrices a crémaillère.


De même, a Laon, juste en face de la gare, on peut découvrir une ancienne motrice du train à crémaillère qui reliait auparavant lea ville haute...

Après la fermeture de cette crémaillère, la firme bien connue Pomagalski (Cette firme est spécialisée dans tout ce qui concerne les remontées mécaniques) choisi d'installer un transport par cable empruntant quasiment le même itinéraire que la crémaillère.
En fait, Poma souhaite faire ni plus ni moins qu'une vitrine de démonstration...

L'inauguration de ce que les habitants de Laon appellent le mini-métro aura lieu en 1989.
Il ne nous reste qu'a jeter un oeil de plus près...

Le Poma 2000 a l'heure actuelle.

Pour bien comprendre, quelques détails valent la peine d'être connus...

Généralités.

Ce mini-métro fonctionne avec 2 ou 3 cabines plus une en réserve.
La ligne permet comme je l'ai cité plus haut permet la liaison entre les parties basses et hautes de la ville.
Cette liaison comporte une station intermédiaire : La station "Vaux", séparant de fait la ligne en deux sections, et, faisant aussi office d'évitement permettant ainsi le croisement de deux cabines.
La section inférieure parcourue en permanence par une seule cabine est la plus courte et la moins raide.
En contre partie, la section supérieure est non seulement la plus longue et la plus pentue, mais elle comporte aussi un évitement en son milieu lorsque deux cabines circulent sur cette section.

Les machineries sont présentes aux deux stations extremes : La station inférieure appellée "Gare" et la station supérieure dénommée "Hotel de ville".
Le renvoi des cables se fait à la station intermédiaire.
A noter aussi que derrière la station inférieure se trouve l'atelier du mini-métro.
Chaque section de ce mini-métro est parcourue par un cable en circuit complet...
Autrement dit, a tous les endroits de l'installation, on trouve le même cable deux fois, une fois pour l'aller, et, une fois pour le retour.
Les véhicules circulant sur pneus comportent chacun 12 places assises, et 27 places debout.
On trouve aussi deux aiguillages sur le parcours, chacun se trouve à la sortie des stations extrèmes permettant d'envoyer le véhicules du coté gauche.
Concernant la voie, elle est simple dans les stations extremes, mais dès le franchissement de l'aiguillage, elle se dédouble partiellement pour former une voie mariée, c'est a dire que les deux voies sont imbriquées l'une dans l'autre.
Ces voies ne se dédoublent qu'aux deux évitements de la ligne, a savoir : A la station intermédiaire "Vaux", et dans l'évitement à mi-chemin sur la deuxième section.

Concernant les cables, ils ont la particularité de circuler toujours dans le même sens!

Pour achever de comprendre.

Nous sommes dans la station inférieure, et, une cabine arrive.
On entend les moteurs diminuer de régime, et, en même temps, on apercoit la cabine, qui ralenti avant de s'immobiliser.
A ce moment par simple pression sur un bouton, on peut ouvrir la porte et pénétrer dans l'étrange engin.
Petit détail : A la station inférieure, l'accès peut se faire des deux cotés.


Une voyageuse pénetre dans le véhicule.


Pendant le temps d'arrêt du véhicule, l'installation n'est pas inactive.
A la sortie de la gare, l'aiguillage se positionne permettant au véhicule d'emprunter la voie de gauche.
Rappellez vous! J'ai écris que le cable sur chaque section circule toujours dans le même sens.
Eh bien, pendant que les passagers embarquent et débarquent, le véhicule immobilisé par des freins, en profite pour lacher le cable descendant et prendre le même mais dans le sens montant.
Des bruits mécaniques sous le véhicule permettent de se rendre compte de la manoeuvre en cours.


Quelques instants avant le départ.
L'aiguillage a déjà bougé, et, on distingue le cable de traction ainsi que les voies mariées.


Quelques instants plus tard, un signal sonore retenti.
Les portes se ferment, et, le véhicule se met en route.
Le début du trajet se fait en pente douce, et, en longeant les voies SNCF, puis après un virage vers la droite et le dédoublement de la voie, on apercoit la station intermédiaire.


Juste avant le virage, la voie vient juste de se dédoubler.
On apercoit notre cable nous tirant vers la station intermédiaire, le même cable descendant se trouve sur l'autre voie.


Nous sommes en vue de la station intermédiaire...


Au bout d'une ligne droite, nous arrivons à la station "Vaux".
Ici, que le mini-métro soit exploité avec deux ou trois cabines, il-y-a toujours deux cabines qui se croisent.

Une fois le cable inférieur arreté, les portes peuvent s'ouvrir à la demande des voyageurs.
L'autre cabine provenant de la station supérieure arrive à son tour, et, s'immobilise en station.
Les deux cabines arretées, notre véhicule immobilisé, se décroche du cable inférieur, et, s'accroche au cable supérieur.
Le véhicule descendant, fait bien évidemment la manoeuvre inverse.

Détail particulier : Les cabines ne sont pas obligées d'arriver et de repartir simultanément, chacune circulant sur un cable différent, mais, le changement de cable ne Peut bien entendu se faire qu'avec les deux cables à l'arrêt.
Autre détail qui a son importance : En fonctionnement à deux cabines, les deux véhicules sont alors présents dans la station tandis que lors de l'exploitation a trois véhicules, le troisième se trouve à la gare supérieure.

Puisque nous sommes à la station intermédiaire, descendons un instant de notre engin pour découvrir des détails supplémentaires...
Avant de descendre au niveau de la rue, attendons que les véhicules repartent et jetons un oeil sur la voie.
En fait, il est quasiment impossible de distinguer le mécanisme d'embrayage et de débrayage des véhicules mais l'on voit quand même les deux cables...


Les cables des deux sections, les pistes de roulements, et, caché par une plaque métallique, le mécanisme permettant au véhicules de changer de cable.
Le cable allant vers le bas, se dirige en fait vers les poulies de renvoi.


Maintenant, descendons sous la station.
La station "Vaux" est fort interessante, du fait de la vue très facile des poulies de renvoi des cables.
Si l'on se dirige coté section supérieure, on distingue le cable de la section inférieure qui par un jeu de poulies descend plus bas que la voie, puis, passe via deux poulies de renvoi poour changer de sens, et par un dernier jeu de poulies rejoint l'autre voie et repart vers la station inférieure.
Si l'on regarde de l'autre coté de la station, on apercoit le même système mais, bien évidemment, concernant cette fois-ci le cable de la section supérieure.

Résumons nous : Prenons par exemple le cable de la section inférieure.
Ce dernier, venat de la gare inférieure, après avoir désservi le quai dans le sens montée, descend sous la voie, passe via les jeux de poulies sous l'autre voie et dans l'autre sens, remonte au niveau de la voie pour désservir le quai dans le sens descente, et se dirige ensuite vers la gare inférieure.


Une cabine quitte la station intermédiaire et monte vers la ville haute.
On distingue bien les poulies de renvoi du cable de la section inférieure.


Les dessous de "Vaux" avec les poulies de renvoi du cable de la section supérieure.


Vous visionnez la page 1 de ce reportage

Page suivante




Dossier précédent :
Le transport semi continu

Index

Dossier suivant :
Le dépôt Delta


Le rail belge

Le rail en Europe

Transport urbain

Reportages divers

Les liens Voir et lire Nouveautés Le forum Newletter Fond écran A propos Mail
Plan du site Livre d'or La sécurité Quizz Le blog Les vidéos Je plonge Mes amis