Le fabuleux pont transbordeur de Rochefort-en-Charente


France, région de Poitou-Charente...

Nous sommes dans le sud-ouest de la France.
L'ouvrage qui nous interesse se trouve le long d'un fleuve : La Charente.
Ce cours d'eau a donné son nom à deux départements : La Charente et la Charente Maritime.
C'est dans le second département que l'on trouve la ville de Rochefort-en-Charente qui possède un arsenal maritime et militaire conservé en parfait état.
A voir : La reconstruction de l'Hermione, navire du XVIIIème siècle, l'arsenal, et, la corderie royale.


L'Hermione en cours de reconstruction dans un des docks de l'arsenal de Rochefort.


Mais la ville recèle aussi un autre trésor qui est le but de ce reportage : Le pont transbordeur!
Il relie la ville de Rochefort au village d'Echillais; Il est accèssible aux piétons et cyclistes.


En approchant de l'ouvrage, on se rend de suite compte que c'est très grand!


La France a compté 6 ponts transbordeur; A savoir :
  • Rouen 1898 - 1940 (Détruit).
  • Rochefort 1900 (Classé et en activité pour le tourisme).
  • Nantes 1903 - 1958 (Démonté).
  • Marseille 1905 - 1944 (Détruit).
  • Brest 1909 - 1947 (Endommagé et démonté trois ans plus tard).
  • Bordeaux 1910 - 1942 (Jamais achevé).
Nous sommes donc en présence du dernier pont transbordeur en France.
Et encore, il manqua de peu subir le sort de ses frères jumeaux!

Histoire.

L'installation a été inaugurée en 1900 après deux ans de travaux sous la direction de l'ingénieur Ferdinand Arnodin.
L'édification de cet ouvrage avait pour but de remplacer un bac afin d'accroitre le débit.
A deux reprises, d'importants travaux de réfection furent nécessaires, mais le pont continua de fonctionner par la suite.

Après la seconde guerre mondiale, le trafic augmentant sans cesse, le débit de l'installation devint insuffisant, le temps d'attente devenait très long.
Voilà pourquoi en 1967 un pont levant est inauguré à +/- 100 mètres de l'ouvrage.

En 1975 un budget est alloué en prévision de la démolition du transbordeur, mais, fort heureusement, moins d'un an plus tard, l'ouvrage est classé ce qui le sauve de la destruction.
Il faudra encore attendre de nombreuses années et d'importants travaux de rénovation pour qu'enfin piétons et cyclistes puissent à nouveau l'emprunter.
A noter toutefois que les voitures et camions ne peuvent plus l'utiliser.

En 1991 un viaduc est inauguré à 200 mètres en aval du pont, et, en conséquence, le pont levant est démonté; On peut encore voir les traces des culées entre le transbordeur et le viaduc.

Description et photos

En gros, 4 pylônes de 66,25 mètres groupés par deux de chaque coté de la Charente, soutiennent le tablier métallique de 175,5 mètres de long et haut de 50 mètres par rapport au niveau d'eau le plus élevé du fleuve.
Chaque pylône repose sur deux piles en maçonnerie enfouies profondément dans la terre et assurant la stabilité de tout l'ouvrage.


Les deux piles supportant un des pylônes.


Sur le tablier, un chariot reposant sur 24 galets se déplace grâce à l'action d'un treuil entrainé par un moteur éléctrique installé coté Rochefort.


Une vue du tablier.


L'armature qui se déplace soutient une nacelle située au niveau de la route par toute une série de cables croisés.
Ainsi, la nacelle se déplace d'une rive à l'autre.
La distance entre les deux rives est de 150 mètres.


La nacelle se dirigeant vers Rochefort.


Pour completer la stabilité de l'installation, les pylônes sont reliés par des cables se prolongeant dans la longueur du pont des deux cotés.
Du coté de Rochefort, les cables sont ancrés quasiment au niveau du sol.


Ancrage des cables cotés Rochefort.


Rapprochons nous du bord du fleuve.
La nacelle après 1,30 minutes de traversée arrive sur notre rive.


En voiture s'il vous plait!


Après quelques instants d'attente, le responsable de la nacelle ferme la barrière et la grille.
Un bouton pressé, et, la traversée commence.


Une vue du viaduc, et, des culées de l'ancien pont levant.
Photo prise pendant la traversée.


Après moins de deux minutes, nous arrivons sur l'autre rive.


De l'autre coté de la Charente...



La nacelle coté Echillais.



Vue en regardant vers Rochefort.


Revenons maintenant vers Rochefort.


Entre Echallais et Rochefort.


Maintenant que nous sommes revenus Rochefort, il ne nous reste plus qu'a jeter un oeil sur la machinerie.
Aussi étonnant que cela puisse paraitre, un seul cable s'enroulant et se réroulant autour d'un petit cabestan suffit a assurer le mouvement.


Bloc moteur du cabestan, moteur éléctrique sur le coté, et, moteur thermique de secours au dessus.



Le cabestan.


Si vous passez en Charente, vous savez ce que vous pouvez faire.
Attention toutefois, l'installation ne fonctionne pas en hiver!


Bye bye le pont transbordeur!




Dossier précédent :
Doel, le village menacé

Index


Le rail belge

Le rail en Europe

Transport urbain

Reportages divers

Les liens Voir et lire Nouveautés Le forum Newletter Fond écran A propos Mail
Plan du site Livre d'or La sécurité Quizz Le blog Les vidéos Je plonge Mes amis